08 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Paris, Caserne de Lourcine (1929)

Paris, Caserne de Lourcine (1929) dans Années 1919-1939 walter-parents-caserne-de-lourcine

PARIS- Caserne de Lourcine – 23e Régiment d’Infanterie Coloniale, Bâtiment B - Editions Union des Femmes de France

Paris 20 décembre 1929 (vendredi)  Chers parents,

Une nouvelle, les permissions sont refusées à tous les soldats qui n’ont pas 5 mois de faits ou de service. Mais ne vous ennuyez pas pour cela, car moi je l’aime autant je ne l’ai point dit à Bernadette donc je viens d’écrire à l’instant mais je lui ai dit tout de même que je ne serais pas en perme. Vous allez vous en trouver bien choqués peut-être mais prenez courage, allez. A Pâques nous irons peut-être, et à ce moment-là nous ne compterons plus que du 180 au plus (et les jours seront plus longs) c’est cela qui m’intéresse (la fuite). je vous envoie un côté de la caserne C.H.R. (A le  boulevard Royal, (B l’endroit où je travaille, (C la musique, (d où je couche, (e où je vais coucher promptement, (f les pissottières, (j le foyer caché. La prochaine fois je vous enverrai l’autre côté. Allons ne vous en faites pas je vous quitte toujours en bonne santé et une bonne température mais aujourd’hui il a commencé à faire froid. Votre fils qui vous embrasse tous. Valter Boulin

walter-parents-caserne-autre-vue-300x196 1930 dans Années 1919-1939

Paris 9 septembre 1930

            Chers parents

            Ce matin je vous envoie une petite carte pour vous raconteur ma journée, voilà vous savez  déjà que je suis un peu enrhumé, je vous l’ai dit sur ma dernière lettre si je ne me trompe pas,  eh bien cela ne va pas mieux et ce matin à mon lever je me suis fait porter malade, à l’instant  il est 10h ½ j’arrive juste de la visite, le médecin m’a fait mettre des ventouses dans le dos et  ensuite j’ai pris une position, et je suis exempt de service pour aujourd’hui, maintenant je verrai ce tantôt au rapport si je n’ai qu’une seule journée de repos. Malgré cela vous savez que             je ne souffre pas des masses, c’est plutôt que j’ai peur que cela s’aggrave. J’espère qu’il n’en est pas de même de vous, bien sûr vous êtes tous en bonne santé, dieu merci. Enfin, que voulez-vous c’est la première fois que je vais à la visite et j’ai été reconnu c’est le principal.

Votre fils dévoué.       Walter Boulin

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Firavakokatiko |
Dcouvrirparis |
Fourrure531 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Witchcraft, popular beliefs...
| Domoclers
| Olongchamppodsaf